Non classé

la quinzaine des poètes

Texte inspiré des vers de Guillaume Apollinaire « Lundi rue Christine » Calligrammes, 1918 :

La mère de la concierge et la concierge laisseront tout passer

La mère de la concierge et la concierge te laisseront passer
tu peux venir
rester
repartir
tu es libre
je suis libre
nous sommes libres
viens puisque je te dis que la mère de la concierge et la concierge te laisseront passer
tu ne veux pas
j’en suis triste
toi aussi dis-tu
je ne peux te croire
puisque tu ne veux pas venir
quelle en est la raison
- il n’y a pas de raison ni de déraison
tu déraisonnes alors
- possible et c’est mon droit de déraisonner
tu as tous les droits
nous avons tous tous les droits
- crois-tu ? ne me contestes-tu pas le droit de ne pas venir
tu as raison, je déraisonne
pardonne-moi mais comme je suis libre, comme toi, comme le passant qui passe, comme la mère de la concierge et la concierge,
je décide aujourd’hui, j’ai bien dit aujourd’hui,de ne  plus te voir
- quoi ! tu déraisonnes
tout çà parce que ce jour je ne veux pas venir
je ne veux pas sortir la nuit tombée
mais regarde par la fenêtre, la nuit n’est pas tombée
il fait encore grand jour
- peut-être mais pour moi ce n’est pas le jour de venir te voir
même si je sais que la mère de la concierge et la concierge me laisseront passer
je suis dépassée, désespérée !
je ne sais plus  penser
je ne peux plus penser
je ne sais plus que penser
je suis perdue dans mes pensées
mais ce que je sais c’est que tu vas me perdre pour de bon
le vais donner mes clefs à la mère de la concierge ou à la concierge
je vais partir à l’aveuglette
peut être même devenir aveugle
n’est-ce pas la solution
puisque tu refuses de me voir
ce qui est ton droit
tu ne dis plus rien
le téléphone sonne occupé
oh ciel, tu as raccroché
tu ne veux plus me voir
tu ne veux plus m’entendre
je ferme les yeux
je ferme la porte
je descends l’escalier
la mère de la concierge et la concierge me laissent passer
j’ouvre la porte
je suis aveuglée par les lumières de la rue
les lampadaires sont allumés
pourquoi ?
je voudrais pouvoir les  éteindre
je voudrais qu’il fasse nuit
je voudrais pouvoir me perdre dans la nuit
je voudrais que des chauves-souris m’attrapent par les cheveux
que les chauves-souris m’emmènent

Mon truc en plume |
Bac en approche ! |
Prosecombat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | François Lagahe
| Enfantperdu
| Danielleduchefdelaville